•  

    Câline ton enfant


    Une mère câline son enfant
    et je revois tes grands yeux tristes

    Lorsque mes sœurs mon frère et moi
    nous étions devenus parents

    Ce jour là où tu m'a dis

    « Ma fille câline ton enfant
    car jusqu'à l'age de trente six ans
    je ne savais pas que ça existe.

    Lorsque ma maman m'a quitté
    je n'étais qu'un petit bébé
    ne croyez pas qu'elle l'ai souhaité,
    la maladie l'a emportée

    la marâtre qui l'a remplacée
    n'avait que des coups à donner

    ta mère m'a fait de beaux enfants
    je ne voulais pas qu'il soient tristes. 

    Vous m'avez donné l'amour qui manquait
    Mais j'ai encore mal par moment

    donne-lui ce qu'on ne m'a pas donné

    Câline ton fils mon enfant.

     

      1. V.M Cirillo Monnier

     

     

                                     < retour à la liste


    votre commentaire
  •  

    IL PLEUT IL MOUILLE ;

    ♪ ♫ ♪ ♫ ♫ ♪

    ♫ ♪ « Il pleut il mouille, c'est la fête à la grenouille ;
    la grenouille à fait son nid, c'est la fête à la souris 
    ♪ ♫ . 
    (chanson populaire)

     ♪ ♫ ♪ ♫ ♫ ♪

      ♪ ♫ ♪ ♫ ♫ ♪

     ♪ ♫ ♪ ♫ ♫ ♪

     ♪ ♫ ♪ ♫ ♫ ♪

     

    IL PLEUT IL MOUILLE ;
    Juin 2016: ras le bol de la pluie!

     ♪ ♫ ♪ ♫ ♫ ♪

    Il pleut il mouille la grenouille fait l'andouille
    la souris veut faire pipi mais dehors il fait trop gris

     

    Il pleut il mouille le chat fait une drôle de bouille
    la petite souris se dit « j'veux pas faire pipi dans mon nid »

     

    il pleut il mouille le chasseur rentre bredouille
    tout penaud rentre chez lui et avale sa tambouille

     

    il pleut il mouille, le lapin mange du fenouil
    le crapaud maudit la pluie, il a de l'eau jusqu'au nez.

     

    Il pleut il mouille le rat d'eau est médusé
    sur le toit de l'abbaye, les oiseaux parlent aux gargouilles

     

    Il pleut il mouille, le lézard, du mur, bondit
    dans la mare il atterrit et se prend pour un homme grenouille

     

    Il pleut il mouille, les loirs se fond des papouilles
    et le vieux crapaud gargouille : «  j'en ai ras les rimes en  ''ouilles'' »

     

    il pleut il mouille, l'araignée sort sa quenouille
    la souris refait son lit, et elle s'en va faire pipi

     

    il pleut il mouille, la limace se décrapouille.
    Tous les animaux bafouillent : «l'auteure et devenu maboule».

     

                                                                                      

                             < retour à la liste 

    .


    4 commentaires
  •  

    photo prise par les élèves du lycée agricole de Thuré (86) 

                                     

                                        < retour à la liste

      


    votre commentaire
  • La secrète

     (ou l'origine du monde)

     

    Secrète belle endormie inconsciemment offerte,

    allongée sur son lit trop près de la fenêtre,

    se croyant sincèrement pudiquement recouverte

    d'un drap de satin blanc la protégeant peut être

      

    Un vent coquin entrant par la fenêtre ouverte

    joue avec le drap blanc tel une main alerte.

    Semblable à un vaurien d'un geste rapide et leste

    fait glisser le drap blanc découvrant la secrète

      

    Le peintre la voyant,  vide de pensée abjecte

    ému par la beauté de cette candeur offerte,

    inspiré par la muse sort pinceaux et palette.

    Et d'un poignet dansant dessine d'une main alerte

     

     il fait danser les courbes, les couleurs, puis s'arrête.

    Il l'a contemple encore, belle,endormie, offerte .

     Mais il l'admire trop, pour qu'elle puisse être inquiète

    Puis il reprend son oeuvre , jouant de sa palette.

     

    Et pour l'éternité, il fige la secrète.

     

                                                   

     

                                <  retour à la liste

     


    4 commentaires
  • Hiver

    L'hiver a endormi
    la plaine, les arbres , les nids
    Les oiseaux sont parti
    et ma chienne fait la tête

    Le chat en boule s'est mis
    tel une muse endormi
    près de l'âtre où frémit
    le feu de bois de hêtre.

    Ainsi se fige le temps
    un peu comme tous les ans.
    Dehors chante le vent:
    Une mélodie piètre.

    Où est l'oiseau chantant?
    Lui qui encor' hier
    emportait en volant
    des lambeaux de crinières (*)

    Se mouvant doucement
    ma pauvre chienne s'ennuie.
    Songe-t-elle qu'il l'attend,
    le bâtisseur de nids?

    Puis sur ses pattes arrières,
    elle se lève et s'étant.
    Museau à la fenêtre,
    elle attend le printemps.

     

                                         (*) voir (lien)  =" le chien, le trésor, et l'oiseau 

                                   < retour à la liste                                        

     

                                                          fermer la bibliothèque >

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires