•  

    Le dessin de Reiser


    C'est une belle maison façade blanche et toit bleue.
    Cette  grande maison  à tellement de fenêtres
    qu'on ne peut les compter au tout premier coup d’œil
    Elle pourrait habiter un village tout entier

    Il y a un parc immense, aux arbres prétentieux,
    des branches magnifiques montant droit vers l'azur
    qui ne permettent pas que l'on grimpe dessus.
    Il semble que les oiseaux ne peuvent y faire leur nid

    Un haut mur d'enceinte protège la demeure
    tout en haut de ce mur, un enfant c'est hissé,
    faute de grimper aux arbres, il l'a escaladé.
    L'enfant ne manque de rien ? on pourrait le penser.



    C'est une petite maison. Une maison ? C'est vite dit.
    Elle n'a qu'une seul fenêtre, une porte abîmée.
    Le toit couvert de mousse semble se délabrer
    La famille qui l'habite,y est toujours serrée.


    Tout en haut du grand mur de la maison voisine
    Un enfant c'est posé, afin de l'observer.
    L'enfant aux riches habits regarde avec envie
    la petite masure avec son arbre unique

    Un arbre aux branches droites tendues vers l'horizon,
    où l'on a accroché un petit bout de planches
    tenues par deux ficelles.
    une modeste balançoire de fortune sur laquelle
    un enfant en haillons se balance et sourit 

     

    Résultats de recherche d'images pour « dessin de sempé Â»

     

     

                               < retour à la liste

                                                                      fermer la bibliothèque >

     

     

    votre commentaire
  •  

    Extrait du roman en court d'écriture " L’Enfant d’Alliance"

    fond musicale: la complainte de la blanche biche "Arpa Celtica"

     

      Captive 

     
     
       Le cri de la louve fit s’envoler les oiseaux
    qui chantaient insouciants dans les branches. 
    Ça avait été plus une brève plainte qu’un cri.
     
    Elle essaya de lutter contre la puissante
    mâchoire d’acier qui lui emprisonnait la patte,
    l’empêchant de retourner auprès de ses petits.
    Ses petits ! C’était sa seule préoccupation,
    bien plus que sa propre sécurité, que sa propre vie.
    Mais quel était donc cette étrange créature sans corps
    qui la retenait prisonnière ? Elle n’avait que des crocs.
     
     Non, ce n’était pas une bête, c’était une chose créée par
    ces êtres à  deux-pattes, et cette chose qu’elle reniflait avec
    crainte,empestait de cette race de “deux-pattes’’ nouvellement
    apparue,de cette race hideuse de laquelle émanait
    des sentiments de haines et de cruautés.
     
    Il lui fallait retrouver ces petits.
    Son désespoir était grand. Elle voulu se coucher mais ne le pu
    car sa patte restait coincée debout, elle poussa
    un  terrible cri de douleur.
     
    Alors elle prit d’instinct une terrible décision :
    Tant pis s’il fallait souffrir, tant pis s’il fallait perdre une partie
    d'elle même, tant pis s’il fallait ne plus jamais être comme avant.
     
     
    Alors sans hésitation, elle commença à mordre, mordre, mordre
    encore et encore, jusqu’au sacrifice de soi-même,
    surmontant l’horrible douleur ; surmontant le désespoir.
     
     
    faisant ainsi un geste d’amour absolu,
    un sacrifice pour ses petits, un sacrifice de soi.
     
     
    Et enfin, au prix d’un long et douloureux effort,
    elle fût enfin soulagée.
    Affreusement blessée mais libre. 
     
    Elle recula, méfiante, boitant sur ses trois pattes restantes.
    Elle renifla cette partie d’elle-même qui restait coincée
    dans la gueule d’acier.
     
    Puis, elle la lécha, comme pour lui dire au revoir.
    Alors elle retourna auprès de ses petits. 
    Elle était libre,mutilée mais libre.Soulagée et libre.
     
     
                                 < retour à la liste
                                                                      fermer la bibliothèque>

     

    musique: la complainte de la blanche biche
    de Lorenza Paolini ( Harpa Celtiqua)

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique